Vous êtes ici : Accueil > CIRCONSCRIPTION > NOTES DE SERVICE > Notes de service 2016-2017 > Note de service N°6 du 16 mars 2017
Publié : 16 mars
Format PDF Enregistrer au format PDF

Note de service N°6 du 16 mars 2017

Parcours d’apprentissage et Poursuite de la Scolarité

La Refondation de l’École vise la réduction de l’échec scolaire et la réussite de tous les élèves.
La mise en œuvre de la scolarité obligatoire affirme la nécessité de la continuité du parcours d’apprentissage de chaque élève de l’école maternelle au collège. Une attention spécifique doit être portée notamment aux moments clés de ce parcours.
Depuis bientôt 30 ans, la question du redoublement a fait l’objet de recherches diverses. Toutes sont concordantes quant aux conclusions et aux hypothèses auxquelles elles aboutissent : le caractère nocif du redoublement.

La pratique du redoublement a considérablement diminué au cours des vingt dernières années. La baisse concerne tous les niveaux et résulte d’une politique mise en œuvre dans toutes les académies. Cette politique a eu un effet positif sur la fluidité des parcours des élèves et leur réussite aux examens, mais cette évolution profite davantage aux milieux favorisés. À l’échelle internationale, la France demeure l’un des pays où le retard est le plus important et où la discrimination en fonction de l’origine sociale est la plus forte

Pour en savoir plus lire l’article en ligne : Forte baisse du redoublement : un impact positif sur la réussite des élèves

Il convient de garder à l’esprit, que les pays qui ont pour principe celui de la promotion automatique des élèves d’une classe à l’autre font état, au niveau des comparaisons internationales, des résultats les meilleurs.
De plus et c’est le plus redoutable, cette pratique reste marquée par le sceau de l’injustice sociale, car le redoublement touche massivement les élèves issus de milieux défavorisés.
Article de l’OCDE « Les élèves défavorisés sont-ils plus susceptibles de redoubler ? », PISA à la loupe, n° 43

Le décret n°2014-1377 du 18 novembre 2014 (relatif à l’évaluation des acquis, l’accompagnement pédagogique des élèves, les dispositifs d’aide et le redoublement) a posé désormais un nouveau principe :
le redoublement est EXCEPTIONNEL et n’est plus possible que « pour pallier une rupture importante des apprentissages scolaires ».
Retrouver en ligne ce décret : BO N°44 du 27/11/2014
L’avis de l’inspecteur de l’éducation nationale est requis pour toute décision de redoublement.